L’arrivée de Moby Dick, la baleine blanche (la déco l’avait promise).

Le 4 août 2016
Mer d’huile, léger vent de nord-est, les étoiles luisent dans le ciel estival. Hier au soir, alors que l’équipage, dispersé sur le navire, vaque à ses occupations, l’appel du Capitaine Achab retentit dans la nuit, perturbant le calme apparent d’une traversée sans soucis. Rassemblement sur le pont, l’urgence est de mise. La quête obsessionnelle d’Achab touche à sa fin. Au large, LA BÊTE a été aperçue. Un frisson traverse l’assistance des valeureux moussaillons. Les mains tremblantes, la peur et l’excitation se mélangent, personne ne sait vraiment à quoi s’attendre. Seule certitude : le combat sera féroce, des morts il y aura. Afin de limiter les dégats sur le bateau, une chaîne humaine s’offre au croc du violent cétacé qui s’approche à brusques coups de nageoires … (la suite au prochaine épisode)
Ben dit donc, qu’est-ce qu’on peut s’y croire, c’était juste une éolienne qui passait au milieu de La Plage, ni vue ni connue (mobilisation d’une centaine de personnes, notre plus grande déambulation depuis le début de cette édition, youhou, on est sacrément fortiche !!!).
Cécile Wiedmer
Le PériscopeL’arrivée de Moby Dick, la baleine blanche (la déco l’avait promise).