En ce temps-là, j’avais huit ans !

Le 6 août 2016

On a tous eu huit ans, un jour ou l’autre.

Souvent, c’était il y a longtemps. Ce qui est sûr, c’est que personne ne se souvient de ce que c’est d’avoir huit ans. Même à dix ans, on ne se rappelle pas de ce qu’on ressentait quand on avait huit ans.
Heureusement pour nous, Julien a huit ans. Même qu’il ne s’appelle pas vraiment Julien, en tout cas pas tout le temps. Il s’appelle Julien sauf quand il met son masque et qu’il devient Zorro. Un Zorro sans chapeau, qui a été confisqué par le sergent Garcia. A cause de Bernardo, enfin François, le petit frère, qui a cafté. Parce que même les muets, ils peuvent cafter. D’ailleurs, François n’est pas muet. Mais Bernardo l’est. Plus ou moins.
Julien nous raconte l’enfance, l’imaginaire, la réalité qui fait mal parfois, et le passage à l’âge adulte. Il nous rappelle aussi que les petits frères, des fois, c’est chiant. Mais qu’on les aime quand même. Il nous rappelle que l’amour ne dure pas toujours, sauf des fois. Quand on a huit ans.
Myriam Wittwer
Le PériscopeEn ce temps-là, j’avais huit ans !