Cie La Belle Image

Compagnie

C’est en 1996 qu’une poignée de passionnés de musiques traditionnelles d’Amérique latine décide de créer La Belle Image. Ralliant au fur et à mesure des années vingt-cinq musiciens de talent à sa cause, la première fanfare latino-roots commence à travailler son premier spectacle: Un monde en fanfare.
Nourrie de la diversité des parcours personnels des musiciens, la marque de fabrique de La Bell’Im se sent déjà: esprit latino déjanté et énergie débordante sont au rendez-vous.
La passion de transmettre la culture andine au public se faisant de plus en plus pressante, les bois, cuivres et percussions de La Belle Image jouent alors dans toute la France mais aussi en Europe, au Québec et pour finir en Bolivie et en Colombie, berceaux de leur inspiration.
Vinrent ensuite en 2004, Diabladas Corps Soufflant, issu de la collaboration avec Olivier Germser de la Cie Tango Sumo. En 2008, Son de los Diablos, spectacle de rue explosif où La Belle Image investissait sa propre scène-tête de diable pour créer une atmosphère sortie des entrailles du diable. En 2010, La Buya del Fandango, bal parquet latino-roots. En 2013, Pachamama Coronada.


http://www.labelleimagefanfare.com


Spectacle(s)

PACHAMAMA CORONADA
A l’autre bout du monde, sur un continent sud-américain aux plaines brûlantes et aux saveurs acidulées, entre corps sensibles et musiques boliviennes, péruviennes, équatoriennes et colombiennes, les musiciens de La Belle Image découvrent une étrange entité nommée là-bas «Pachamama».
A travers Pachamama Coronada, ils nous content un voyage qui leur ressemble. Rythmes, nuances, tempo, ce spectacle nous envahit, nous transporte. Partant d’une fanfare traditionnelle sud-américaine, ils bousculent les schémas de représentation d’un orchestre en prenant le risque de l’appropriation, tant musical que physique, voire même du travestissement.

Direction artistique: La Belle Image et Francis Plisson (Cie Marouchka).
Chorégraphie — Mise en scène: Francis Plisson (Cie Marouchka).
Costumes: Karine Delaunay

UN MONDE EN FANFARE